CDRP15

RÉSERVEZ VOTRE DATE : 23 JUILLET 2017 RANDO DU COMITÉ " ENTRE LE COL DE SERRE ET RIOM" ...

Schéma directeur des grands itinéraires



SCHÉMA DIRECTEUR DES GRAND ITINERAIRES

DE RANDONNÉE DANS LE CANTAL

  

Dans le cadre de son deuxième plan stratégique (2011-2015) le Comité Départemental de la Randonnée a prolongé ses objectifs par une réflexion sur le développement souhaitable des itinéraires de grandes randonnée dans le Cantal.

Lors de son assemblée générale du 26 février 2011 le deuxième plan stratégique et le projet de schéma directeur des grands itinéraires ont été validés sur la base de l'argumentaire repris ci-dessous.

Un maillage efficace du territoire


Intuitivement et par l'expérience acquise par notre pratique de la randonnée dans tous les massifs montagneux du pays, nous pouvons considérer qu'il existe une large possibilité d'évolution du champ d'action des itinéraires de grande randonnée dans le Cantal pour en faire découvrir tous les aspects.

Pour accompagner notre réflexion en intégrant les points observés dans les études antérieures, le schéma directeur des itinéraires devrait être basé sur les éléments suivants :
  • irriguer l'ensemble des territoires pour faire connaître la très grande diversité des paysages du Cantal
  • assurer le plus possible le développement de tous les territoires
  • profiter de l'image de marque reconnue du massif cantalien offrir de nouvelles possibilités de maillage du département
  • répondre à la forte demande de parcours de 2 à 5 jours
  • développer les itinéraires thématiques (historique, patrimoine, géographie, faune, flore, géologie, minéralogie...)
  • assurer la connexion aux itinéraires des départements qui nous entourent
La première étape de ce grand projet consiste à prolonger les boucles du GR® 400 vers la périphérie du département.

 
Cette étape suppose la création de 4 nouveaux itinéraires dont le premier pourrait être le chemin clunisien figurant déjà au programme d'action développé plus haut (étude de faisabilité déjà réalisée, finalisation du tronçon Manhaval/Conques en cours). Les trois autres concernent :
  • une extension du GR® 400 vers Laroquebrou en partant du col de Legal, Tournemire, Ayrens, St Paul des Landes
  • une deuxième extension du GR® 400 vers Mauriac en passant par Salers
  • une troisième extension du GR® 400 vers Bort les Orgues en passant par Cotteuges, Trizac, Chastel-Marlhac et Ydes.

Ces quatre itinéraires possibles permettraient de traverser, La Chataîgneraie, La Xaintrie, Les plateaux de Trizac et raccorder le sud et l'ouest du département au réseau de GR® existant, la partie est étant déjà desservie par le GRP® du pays de Saint-Flour.La deuxième étape de ce projet consisterait à tenter de boucler le tour du département et assurer le plus possible la connexions avec tous les itinéraires des départements limitrophes.

 
Cette étape s'appuie sur des itinéraires existants dans le nord du département :

Le GR® 30 et le GR® 41 dans le Puy de Dôme existent et frôlent le Cantal permettant la jonction avec le GR® 4 et la Voie de St Jacques.

Le tour de Pays Sumène-Artense pourrait être transformé en GR et fait l'objet d'une réflexion de la Communauté de Commune concernée en ce sens, permettant la jonction avec le GR® 30, mais aussi avec le projet de chemin de Bort les Orgues.

Le chemin de la Méridienne, maillon cantalien d'un projet national ambitieux qui vise à traverser la France du nord au sud le long, peu ou prou, du méridien de Paris traverse tout notre département et croise le 45ème parallèle à Ayrens pour rejoindre à Conques le chemin clunisien déjà à l'étude.

Le Chemin de Saint-Gilles d'Aurillac à Laguiole en passant par Mur de Barrez, proposé par l'association « les chemins de l'Europe », déjà étudié, permettrait de relier le sud du Cantal au GR® du Tour de l'Aubrac en Aveyron et Lozère.

La Voie Antique de Mur de Barrez à Saint-Flour également proposée par l'association « les chemins de l'Europe », déjà étudiée sur la faisabilité, permet de relier le sud du département aux « GRP® » du pays de Saint-Flour à l'est et au GR® 4 qui rejoint la Lozère.

Enfin le chemin casadéen prend le relais de Saint-Flour vers La Chaise-Dieu par Brioude et Lavaudieu permettant de boucler vers le nord du cantal avec une jonction sur la Haute-Loire. A noter que par ailleurs un itinéraire dit « Voie de Saint-Michel » est à l'étude et créerait la liaison du Puy vers Brioude et Blesle pour faire la jonction avec le GR® 41.

Dans cet aspect avancé de l'équipement des itinéraires de grande randonnée, nous pourrions disposer d'un maillage complet du Cantal offrant de multiples possibilités de randonnées permettant la découverte de toutes les facettes de ce département.

Une ambition raisonnée


Ce schéma directeur ambitieux permettrait de hisser le Cantal parmi les départements de la métropole disposant d'une importante infrastructure de randonnée à la hauteur de sa volonté d'apparaître comme un territoire dédié à la pratique de la randonnée.
Il convient de replacer ce projet d'équipement dans son contexte en mesurant l'effort d'aménagement à ce qui existe par ailleurs dans d'autres départements.
Pour cela nous nous basons sur les informations disponibles auprès de la Fédération française de la randonnée (Données datant de 2010).

La France métropolitaine, avec la Corse, dispose d'un réseau de 87 628 km de GR® et GRP® soit une moyenne de 912 km par département maximum 2 254km (Hautes-Alpes) / minimum 95 km (Hauts de Seine).

Le classement des régions (22) positionne l’Auvergne à la 11ème place en terme d'équipement en GR® et GRP® avec 4% du réseau.

Le classement par département (96) place le département du Cantal (653km) en 65ème position avec moins de 1% du réseau national et 19% du réseau régional.

Pour ne s'intéresser qu'à des situations comparables nous limitons notre comparaison aux massifs montagneux, quoique cet a priori fait apparaître le fait que les autres départements ne sont pas pour autant dépourvus de chemins de grande randonnée, au contraire.

Les départements de montagne situés dans le Massif Central, les Alpes, les Pyrénées, le Jura, Les Vosges et la Corse, soit 31 départements, cumulent 35 279 km de GR® et GRP® (40% du réseau pour 32% des départements, moyenne 1 138km, maxi 2 254 km Hautes-Alpes, mini 369 km Haute-Corse).

Au sein du Massif Central (15 départements) disposent de 16 866 km de GR® et GRP® parmi eux, le Cantal occupe la 14ème place (moyenne 1 124km, maxi Lozère 2 245 km, mini Haute-Vienne 604 km).

Dans les Alpes (6 départements) existe un réseau de 10 331km de GR® et GRP® (moyenne 1 721km).

Les Pyrénées (4 départements) disposent de 4 133 km de GR® et GRP® (moyenne 1 033km).

Le Jura (3 départements) dispose 3 441km de GR® et GRP® (moyenne 1 147km).

Les Vosges (1 département) disposent de 651 km de GR® et GRP®.

La Corse (2 départements) dispose de 848km de GR® et GRP® (moyenne 424km).


La finalisation de l'ensemble de ces projets permettrait de porter l'équipement des grands sentiers à environ 1 680km ce qui hisserait le Cantal (toutes choses égales par ailleurs) à la 10ème place parmi les départements de métropole, en 5ème position parmi les départements de montagne et en 3ème place dans le Massif Central.

Ceci ne nous paraît ni utopique, ni irréaliste, mais une réelle ambition de faire du Cantal une terre de randonnée.

La réalisation de ces itinéraires n'est figée ni dans l'ordre chronologique avancé dans le présent schéma, ni dans son implantation définitive qui peut faire l'objet de discussions pour en affiner le parcours au gré de l'intérêt général.

La volonté de tous les acteurs susceptibles d'accompagner la concrétisation de ces projets déterminera le calendrier et la hauteur des réalisations.